Conditions difficiles

La vie des cubains est rythmée par des conditions météorologiques souvent catastrophiques.

Fin 2017, le cyclone Irma a dévasté le centre de l’île. Malgré l’anticipation, les maisons construites en bois ont parfois été sévèrement endommagées. Les dégâts matériels à Placetas ont été très importants : toits envolés, maisons à reconstruire, des chapelles à nettoyer… Un arbre est également tombé sur le toit de la maison des volontaires.

IMG_2604
Eglise à terre à quelques kilomètres de Placetas

Les bananeraies semblent avoir été passées au broyeur, les palmiers abattus s’amoncellent tels des mikados dans les champs détrempés par les pluies torrentielles. L’ampleur du désastre est impressionnante. Des villages entiers ont été rayés de la carte.

Don Jean, Curé
Dans la Lettre aux Amis de Placetas de Septembre 2017


A ces événements atmosphériques extérieurs se rajoutent les conditions de déplacements sommaires. Il nous faut une heure de trajet sur des chemins de terre pour rejoindre nos maisons de mission les plus éloignées. En cas de panne ou d’accidents, les pièces de rechange des véhicules sont souvent difficiles à obtenir.

La mission fait également face à un fort niveau de pauvreté et de pénurie alimentaire autant que médicale.

Enfin le pays reste très marqué dans sa gestion et dans sa politique par son histoire, ce qui par bien des aspects rend la mission encore davantage dépendante de ses donateurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Accueil